Puisque rien ne dure – Laurence Tardieu

Cette lecture de quelques centaines de pages est forte en émotion. Le livre est court et le texte écrit gros, mais ne nous méprenons pas, il n’y a pas besoin de beaucoup de mots pour émouvoir.

puisque-rien-ne-dure-couv

 

Je meurs voilà ce qu’elle m’écrit Vincent je meurs viens me voir viens me revoir une dernière fois que je te voie que je te touche que je t’entende viens me revoir Vincent je meurs. Et au bas de la feuille, en tout petit, presque illisible, son prénom, Geneviève, tracé lui aussi au crayon à papier, comme le reste de la lettre, de la même écriture tremblante, défaillante, si ce n’avait pas été ces mots-là on aurait pu croire à l’écriture d’un enfant, on aurait pu sourire, froisser la feuille, la jeter à la poubelle et l’oublier ; mais non, ce n’est pas un enfant, c’est Geneviève qui meurt.

 

Le titre, déjà, avait suscité ma curiosité. Bien sûr, la première question que l’on se pose à sa lecture est de se demander ce qui ne dure pas… A la lecture du résumé, la réponse semble évidente. La vie, bien sûr. Mais pourtant, tout n’est pas si simple…

Laurence Tardieu, à travers ce bouleversant témoignage, pousse la réflexion plus loin. L’amour ? La confiance ? La passion ? Rien ? Comment ça, rien ne dure ?

puisque-rien-ne-dure-page

 

Moi, avec mes idéaux et mon optimisme, je ne suis pas bien d’accord avec ce titre. Alors je me lance. Et je lis d’une traite ce livre.

Parce que oui, quelque part, Laurence Tardieu a (un peu) raison. Il y a des choses qui ne durent pas. Et il est bon de l’avoir en tête.

 

Nous étions dans la joie et nous le savions. Qu’aurions-nous pu désirer de plus ?

Vincent et Geneviève se sont aimés. Puis la vie les a séparés. Littéralement. Quinze années après, Geneviève meurt. Alors oui, bien sûr, la vie, l’amour, la mort… bien sûr, cela nous montre que tout ça n’est qu’éphémère. Bien sûr, ce livre est émouvant. Bien sûr, l’histoire de Vincent et Geneviève est tout aussi belle que triste. Mais justement, Puisque rien ne dure m’est apparu comme un témoignage que la vie dure. Malgré tout, elle continue.

Ce roman – triste, j’en conviens – a parfaitement su plaire à mon côté mélancolique. Court, il ne sombre pas pour autant dans le pathétique et sait rester sincère. Attention aux émotions, elles font parfois des siennes et se mettent en éveil sans que l’on ne s’y attende…


Puisque rien ne dure, Laurence Tardieu, Stock, Paris, 2006, 128 pages


Pin It
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *